Monarchie Parlementaire de Nadür Index du Forum Monarchie Parlementaire de Nadür
Micronation Francophone reconnue par le Micromonde Francophone
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Abela Bonnici

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Monarchie Parlementaire de Nadür Index du Forum -> Bienvenue aux nouveaux ! -> Accueil des nouveaux joueurs -> Recensement des nouveaux joueurs
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Abela Bonnici
Citoyen/ne

Hors ligne

Inscrit le: 20 Jan 2016
Messages: 39
Nouveau Därr (NdR): 38
Moyenne de points: 0,97

MessagePosté le: Mer 20 Jan - 21:01 (2016)    Sujet du message: Abela Bonnici Répondre en citant

EL/ 
-Avatar du personnage* : Willem Dafoe
-Nom IL du personnage principal s'il s'agit d'un compte secondaire* : Personnage principal
-Âge du joueur :
-Temps libre à consacrer (et investissement personnel dans le jeu) :
-Autre : Ce personnage est mon nouveau personnage principal, je suis l'admin.

IL/
-Nom du personnage* : Abela Bonnici
-Courant politique : Droite
-Nationalité d'origine (nadéen de souche, immigré, représentant étranger)* : Nadéen de souche
-Dans le cas d'un représentant étranger => but de la venue* :
-Autre :


Histoire du personnage et contexte : 


Abela, de l'écolier assidu à la mutation de la démocratie.


Enfant de parents nadéens et natif du pays, Abela a toujours été très studieux, il s'est intéressé à tout, la science, l'histoire, la géographie, la poésie et depuis toujours à la politique. Ancien mentor de Gian Francesco Buonamico et d'Antoine Gainozzo , les deux lurons de la culture et de la politique, il fut également un très proche ami d'Attard Azzopardi. Abela resté dans l'ombre depuis toujours, n'ayant aucune ambition particulière, se fit remarquer durant la période d'apogée économique de Nadür en étant le premier et seul à tirer la sonnette d'alarme auprès des gouvernants endormis, le premier à exprimer ses craintes au sujet de l'après-boom économique et notamment soulevant l'envergure que prendrait l'inflation si les politiciens ne réagissaient pas. Il ne fut pas écouté, beaucoup d'entre eux avaient d'ailleurs acquis le pouvoir par facilité (absence de concurrence) et ne comptaient pas particulèrement s'activer pour le pays, le résultat qui s'en suivi est désormais connu : la crise sociale actuelle. Abela recruta alors des alliés et peu à peu constitua une force d'opposition suffisamment importante pour prétendre à de nouvelles élections. Ce qui se produisit, le gouvernement en place pris une raclée, le Parti de Coalition Nationale (PCN) remporta ainsi une victoire écrasante et acquis donc le pouvoir dans sa totalité, ses membres étaient de tous horizons, gauche et droite notamment, ce qui lui avait permis de passer un message fort au peuple. Abela s'aperçu rapidement que bon nombre de ses partisans proches le suivaient depuis le début en suivant l'unique ambition du pouvoir et il s'en débarrassa. Avec un entourage diminué mais aux liens renforcés vint l'idée d'un gouvernement resserré, naquit alors la nouvelle organisation sous forme de triumvirat, ainsi évolua la démocratie nadéene. Les décisions furent prises plus rapidement et le travail de surveillance du Juge Républicain plus simple et précis, on tenait un gouvernement au pouvoir resserré mais efficacement controlé, le rêve démocratique d'Abela s'était réalisé. Le président de la république était élu par une chambre de conseillers élu par le peuple, un suffrage en deux temps qui permettait à l'élection présidentielle de se dérouler sans encombre et d'élire de manière plus certaine le président voulu par la nation, ce dernier voyant son mandat doublé, passant de 3 mois à 6 mois. Cette fameuse chambre des conseillers serait elle renouvelée tous les 3 mois afin d'éviter que le président ne conserve pendant trop longtemps le pouvoir entre ses mains s'il n'avait plus les faveurs du peuple, l'incitant à agir en ayant toujours en tête ses promesses et l'impact de son attitude. 


Rigueur.


Enhardi par la réussite successive de tous ses projets de ré-organisation de la république, Abela accéléra chaque jour la cadence et réforma à tout va de manière de plus en plus excessive, il s'enferma dans son idée et refusa tout conseil ou mise en garde, il se sépara même de son entourage pour placer des personnes qui se contenteraient de suivre sa feuille de route et de faire sa communication sans poser de question. Il avait cette obsession de rétablir la situation par un bras de fer qui le poussa à mener une politique de rigueur de plus en plus difficile, il mis un terme aux subventions provinciales des associations en tous genre, sportives notamment, jugeant que cela asséchait les budgets locaux qui devaient être consacrés à des domaines essentiels tels que la santé, l'entretient des routes, les écoles etc. Voyant que les Provinces n'étaient pas capables d'assumer de tels domaines localement, Abela changea radicalement de fusil d'épaule, il assécha totalement les Provinces de leur Budget pour tout regrouper dans les caisses de l'Etat qui s'occuperait des domaines primordiaux de façon davantage centralisée, les Provinces ne seraient plus que de simples centres administratifs. Il laissa, contre toute attente, des gérants de Provinces et transforma leur mandat d'élu en un travail à vie, travail bien laborieux sachant que pour la moindre note de frais il devaient envoyer un courrier à l'Etat qui les rembourserai ensuite, le remboursement du moindre dépassement de frais devait être négocié avec verve pour aboutir. Après avoir recentré le pouvoir et neutralisé le pouvoir local, il ne restait logiquement plus qu'à traiter la question de l'Assemblée des conseillers nationaux qui n'avaient rien vu venir, n'ayant plus aucun moyen d'être contesté, mis à part par l'Assemblée, il dissout cette dernière et suspendu consécutivement l'organisation d'élections, jugeant que la situation nationale ne permettait pas de gâcher des fonds dans des campagnes tout cela pour élire des personnes qui au mieux ne feraient pas mieux que lui et au pire détruiraient tout ce qu'il avait construit, plongeant le pays dans le chaos. Abela pris de nouvelles mesures radicales afin de se couvrir de l'opinion publique, il coupa les vivres à tous les médias qu'ils soient papier, radio ou télé et ne laissa qu'une seule presse uniforme subventionnée (avec le minimum de fonds nécessaires au simple fonctionnement des canaux) par l'Etat, Le journal Papier "Le National", la radio "Nationale Ondes" et le journal télévisé "National TV" ; des médias qui ne serviraient qu'à tenir le peuple informé des actions du gouvernement (du moins celles qu'il souhaitait laisser filtrer) et traiter de questions sans grande importance comme la météo, quelques dessins animés pour enfants récupérés des archives, présenter quelques faits divers ou encore mettre en valeur certains lieux ou fleurissent de belles fleurs et autre végétation. 


L'échec d'un rêve.


Malgré toutes les réformes du gouvernement Abela, l'argent qui rentrait dans les caisses n'était pas encore suffisant pour rétablir l'équilibre, il franchit alors la ligne rouge, il mis un terme à un projet mis en place il y a des années par un autre gouvernement, le projet "Expansion du système hospitalier à tout le territoire", projet qui faisait la fierté de Nadür et qui avait été mis en place en réponse à une épidémie historique. Abela qui refusait l'idée que sa méthode puisse ne pas fonctionner s'enfonça encore davantage dans la folie et lança une grande rafle des écoles, toutes les avancées, toute la technologie dans les écoles furent vendues au rabais à une entreprise étrangère de recyclage, les vieille méthodes d'éducation furent remise en place et bien que les résultats scolaires ne chutèrent pas, l'ambiance devint morose. Le retrait de ces systèmes informatiques fit couler une bonne partie du système de télécoms qui comptaient sur les abonnements internet notamment. 
Toute cette rigueur avait ramené une quantité non négligeable de fonds dans les caisses de l'Etat mais à la perte de bien des avancées, une bonne partie des grandes avancées mise en place par les gouvernements successifs et évoluées avec le temps furent jetées à la poubelle et bradées au plus offrant et tout le système avait pris un coup de vieux, l'argent ramené était suffisant pour faire tourner l'ensemble mais en aucun cas pour ré-investir trop massivement. Constatant la dégradation pure et simple de leurs conditions de vie de plus en plus de nadéens commencèrent à se réunir derrière des leaders, commençant à manifester et à porter haut les réclamations de chacun, Abela n'en tint pas compte et ces mouvements se calmèrent mais il savait désormais ce qu'il en était de sa politique.


Un tournant.


Aujourd'hui Abela n'a pas perdu son ambition de redresser le pays mais a ralenti depuis plusieurs semaines la cadence réformatrice qu'il avait mis en place afin d'éviter de nouveaux mouvements de foule. Cependant des rumeurs commencent à courir à propos d'un certain projet "Projet De Réforme Finale" dont le contenu est assez effrayant, durant cette période le chômage est resté stable mais n'a pas augmenté, mais ce projet envisage de se séparer d'une quantité non négligeable de fonctionnaires et ce dans tous les domaines à commencer par l'armée ou il est question d'une suppression pure et simple de 30% des effectifs (soit environ 110.000 hommes) "dans un premier temps". C'était bien là son point de différenciation avec son ancien défunt ami Attard Azzopardi, là ou ce dernier prônait la souveraineté nationale et se battait pour son projet d'extension territoriale (appelé colonisation par ses opposants), Abela lui ne jugeait pas utile d'avoir une armée de trop grande envergure pour sécuriser un territoire avant tout commercial et touristique, le pays n'étant pas de nature à faire la guerre il n'avait pas à craindre de réelles menaces extérieures, un point très discuté par les différents gouvernements. Le projet "Projet De Réforme Finale" envisagerai également de nouvelles coupes budgétaires ici et là mais le plus important est le dernier point, le point le plus important : Abela aurait la folie de vouloir revenir à l'ancienne monnaie le dR (Därr) et mettre un terme au Nouveau Därr (NdR), rappelons qu'1 NdR équivaut à 7 dR, dans le but de ré injecter massivement des liquidités dans le pays, suivi de cette dévaluation importante de l'économie il serait prévu une importante politique de protectionisme. Tout le contenu de ce terrifiant projet n'est pas connu mais si ces fuites s'avèrent exactes, la société pourrait vraiment s'effondrer selon des économistes, des sociologues ainsi que des politologues. Quoi qu'il en soit les mouvements ont repris et cette fois de manière plus constructive et crédible, la rumeur évoque d'ailleurs la possibilité de la création d'un parti politique d'opposition.


Abela est à un tournant clé de sa vie.
_________________
Abela Bonnici
Président de la République
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 20 Jan - 21:01 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Monarchie Parlementaire de Nadür Index du Forum -> Bienvenue aux nouveaux ! -> Accueil des nouveaux joueurs -> Recensement des nouveaux joueurs
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 - 2005 phpBB Group
Theme ACID v. 2.0.18 par HEDONISM
Traduction par : phpBB-fr.com